Recommended Posts

1 minute ago, Kumazzz said:

Thanks a million @crazyaboutmika

 

 

You're very welcome Eriko :hug: I wanted to quote the text and paste the translation under it but it didn't work so I shared it separately as I was only able to paste that way.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 hours ago, Kumazzz said:

Thanks :flowers2:

Here he's wrong, the new rule of blocking one coach is not just for France, we have that too :rolleyes:

 

 

Screenshot (475).png

Edited by krysady
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici Paris

13 Fevrier 2019 (No. 3841)

Un terrible secret de famille

 

Dans The Voice, l’artiste affi che un sourire toujours éclatant mais pourtant, impossible pour lui d’oublier ce traumatisme…

 

Sa sixième saison consécutive dans le fauteuil pivotant rouge de The Voice, a commencé très fort.

Coach Mika a déjà profi té des premières auditions à l’aveugle pour assurer le show. Le 9 février dernier, l’artiste a utilisé l’une des nouvelles règles du programme, le block, empêchant ainsi Jenifer de recruter Agathe, l’une des candidates les plus brillantes. Le jeune homme facétieux de 35 ans n’a ensuite pas caché sa satisfaction d’avoir subtilisé au dernier moment la jeune toulousaine à son amie membre du jury. Cette scène symbolise l’état d’esprit du chanteur polyglotte bien décidé à sourire à la vie et à la croquer à pleines dents. Car il sait mieux que personne qu’elle ne tient parfois qu’à un fi l… La pop star reste encore marquée par le terrible accident dont a été victime sa sœur Paloma, d’un an son aînée, en 2010, à Londres. Celle-ci était tombée du rebord de la fenêtre de son appartement et s’était violemment empalée sur une grille de fer forgé. Bouleversé, Mika avait alors mis sa carrière entre parenthèses pour passer ses journées à son chevet. Après de nombreuses opérations aux jambes et à l’abdomen, Paloma, remarche aujourd’hui, avec l’aide d’une béquille… Un vrai miracle…

 

Qui a soudé encore un peu plus une famille qui a pris l’habitude de se serrer les coudes. Car vingt ans plus tôt, Mika, sa mère, et ses trois sœurs Yasmine, Zuleika et Paloma, ont dû surmonter une autre terrible épreuve : l’absence forcée de leur père, retenu en otage au Moyen-Orient.

 

Son père Michael était au Koweït quand la catastrophe a eu lieu

 

“On a tout perdu”

 

L’équilibre familial a volé en éclats

 

Huit mois d’horreur absolue

 

Mika n’avait que 8 ans à l’époque mais se souvient parfaitement de cette période angoissante pour tout le monde.

« Mon père qui avait un très bon job dans la fi nance est envoyé par sa banque en voyage d’affaires au Koweït », s’est-il rappelé dans Le Monde.

« Il s’est trouvé pris dans l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, pendant la première guerre du Golfe et a été retenu à l’ambassade américaine pendant huit mois.

Nous n’avions pas de contact, juste un fax de temps en temps », déplore-t-il.

« La stabilité qu’on connaissait avec mes sœurs s’est alors écroulée ».

Après de longs mois d’une insoutenable attente, son père fi nit par être libéré. Mais il n’est plus le même, physiquement comme psychologiquement

« il est revenu barbu, amaigri, ses yeux étaient différents. On ne l’a plus appelé “papa” mais “Mike ” je ne sais pas pourquoi », poursuit Mika.

L’attitude (involontaire) de ses enfants ne facilite pas son retour à une vie normale. « Après le traumatisme qu’il a vécu, il a eu du mal, il a été licencié. On a tout perdu. J’ai appris à gérer les huissiers », révèle Mika.

« Quand ils sonnent : dire qu’il n’y a pas d’adultes à la maison, qu’on ne peut pas ouvrir parce qu’on ne les connaît pas ».

Mika et sa famille sont contraints de quitter leur appartement du XVIe arrondissement de Paris et de partir s’exiler à Londres dans un Bed & Breakfast où ils resteront deux ans :

« Quand mon père ne gagnait pas assez de sous, ma mère travaillait en cuisine. »

Ce déménagement forcé et ces nouvelles conditions de vie ne sont pas sans conséquences sur Mika, jeune enfant hypersensible.

« C’est comme si un bloc était tombé sur moi. J’étais nul à l’école, isolé, et je suis devenu dyslexique… », avait-il déclaré il y a quelques années.

A 11 ans, le futur chanteur savait à peine lire et écrire. Grâce à la musique et aux encouragements d’une professeure de chant russe, Mika prendra confi ance en lui… Pour devenir l’un des artistes les plus talentueux et attachants de sa génération… 

 

:uk:

Spoiler

 

A terrible family secret

 

In The Voice, the artist shows a smile always bright but yet, impossible for him to forget this trauma ...

His sixth consecutive season in The Voice's red swivel chair started very strong.

 

Coach Mika has already enjoyed the first blind auditions to ensure the show. On February 9, the artist used one of the program's new block rules, preventing Jenifer from recruiting Agathe, one of the brightest candidates. The facetious young man of 35 years then did not hide his satisfaction at having stolen at the last moment young Toulouse to his friend member of the jury. This scene symbolizes the state of mind of the polyglot singer who is determined to smile at life and chew on it. Because he knows better than anyone that she sometimes only has a son ... The pop star is still marked by the terrible accident suffered by her sister Paloma, one year older, in 2010, in London. She had fallen from the window sill of her apartment and violently impaled herself on a wrought-iron gate. Upset, Mika then put his career in parentheses to spend his days at his bedside. After many operations on the legs and abdomen, Paloma, walks again today, with the help of a crutch ... A real miracle ...

Who has welded a little more a family who has made the habit of sticking together. For twenty years earlier, Mika, her mother, and her three sisters Yasmine, Zuleika and Paloma, had to overcome another terrible ordeal: the forced absence of their father, held hostage in the Middle East.

 

His father Michael was in Kuwait when the disaster took place

 

"We lost everything"

 

Family balance shattered

 

Eight months of absolute horror

 

Mika was only 8 years old at the time but remembers perfectly this agonizing time for everyone.

"My father who had a very good job in fi nance is sent by his bank on a business trip to Kuwait," he recalled in Le Monde.

"He was caught in the invasion of Kuwait by Saddam Hussein during the first Gulf War and was held at the US embassy for eight months.

We did not have contact, just a fax from time to time, "he laments.

"The stability that we knew with my sisters then collapsed".

After long months of unbearable waiting, his father ended up being released. But he is no longer the same, physically and psychologically

"He came back bearded, thin, his eyes were different. We did not call him "daddy" but "Mike" I do not know why, "says Mika.

The (involuntary) attitude of his children does not facilitate his return to a normal life. "After the trauma he went through, he had trouble, he was fired. We lost everything. I learned how to manage bailiffs, "says Mika.

"When they ring: say that there are no adults at home, that we can not open because we do not know them".

Mika and her family are forced to leave their apartment in the 16th arrondissement of Paris and leave for exile in London in a Bed & Breakfast where they will stay for two years:

"When my father did not earn enough money, my mother worked in the kitchen. "

This forced move and these new living conditions are not without consequences on Mika, a hypersensitive young child.

"It's like a block has fallen on me. I was bad at school, isolated, and I became dyslexic ... ", he said a few years ago.

At 11, the future singer barely knew how to read and write. Thanks to the music and encouragement of a Russian singing teacher, Mika will trust him ... To become one of the most talented and endearing artists of his generation ...

 

 

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p.1.thumb.jpg.d9e8ed8f54257691e209e7a60f6de3d2.jpg

 

page 18

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p_18.thumb.jpg.5ad5401ef1ea7101624d98b2751ad5c1.jpg

 

 

page 19

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p_19.thumb.jpg.48491cfbe17473aa3efa1ad1679037ac.jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Kumazzz said:

Ici Paris

13 Fevrier 2019 (No. 3841)

Un terrible secret de famille

 

Dans The Voice, l’artiste affi che un sourire toujours éclatant mais pourtant, impossible pour lui d’oublier ce traumatisme…

 

Sa sixième saison consécutive dans le fauteuil pivotant rouge de The Voice, a commencé très fort.

Coach Mika a déjà profi té des premières auditions à l’aveugle pour assurer le show. Le 9 février dernier, l’artiste a utilisé l’une des nouvelles règles du programme, le block, empêchant ainsi Jenifer de recruter Agathe, l’une des candidates les plus brillantes. Le jeune homme facétieux de 35 ans n’a ensuite pas caché sa satisfaction d’avoir subtilisé au dernier moment la jeune toulousaine à son amie membre du jury. Cette scène symbolise l’état d’esprit du chanteur polyglotte bien décidé à sourire à la vie et à la croquer à pleines dents. Car il sait mieux que personne qu’elle ne tient parfois qu’à un fi l… La pop star reste encore marquée par le terrible accident dont a été victime sa sœur Paloma, d’un an son aînée, en 2010, à Londres. Celle-ci était tombée du rebord de la fenêtre de son appartement et s’était violemment empalée sur une grille de fer forgé. Bouleversé, Mika avait alors mis sa carrière entre parenthèses pour passer ses journées à son chevet. Après de nombreuses opérations aux jambes et à l’abdomen, Paloma, remarche aujourd’hui, avec l’aide d’une béquille… Un vrai miracle…

 

Qui a soudé encore un peu plus une famille qui a pris l’habitude de se serrer les coudes. Car vingt ans plus tôt, Mika, sa mère, et ses trois sœurs Yasmine, Zuleika et Paloma, ont dû surmonter une autre terrible épreuve : l’absence forcée de leur père, retenu en otage au Moyen-Orient.

 

Son père Michael était au Koweït quand la catastrophe a eu lieu

 

“On a tout perdu”

 

L’équilibre familial a volé en éclats

 

Huit mois d’horreur absolue

 

Mika n’avait que 8 ans à l’époque mais se souvient parfaitement de cette période angoissante pour tout le monde.

« Mon père qui avait un très bon job dans la fi nance est envoyé par sa banque en voyage d’affaires au Koweït », s’est-il rappelé dans Le Monde.

« Il s’est trouvé pris dans l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, pendant la première guerre du Golfe et a été retenu à l’ambassade américaine pendant huit mois.

Nous n’avions pas de contact, juste un fax de temps en temps », déplore-t-il.

« La stabilité qu’on connaissait avec mes sœurs s’est alors écroulée ».

Après de longs mois d’une insoutenable attente, son père fi nit par être libéré. Mais il n’est plus le même, physiquement comme psychologiquement

« il est revenu barbu, amaigri, ses yeux étaient différents. On ne l’a plus appelé “papa” mais “Mike ” je ne sais pas pourquoi », poursuit Mika.

L’attitude (involontaire) de ses enfants ne facilite pas son retour à une vie normale. « Après le traumatisme qu’il a vécu, il a eu du mal, il a été licencié. On a tout perdu. J’ai appris à gérer les huissiers », révèle Mika.

« Quand ils sonnent : dire qu’il n’y a pas d’adultes à la maison, qu’on ne peut pas ouvrir parce qu’on ne les connaît pas ».

Mika et sa famille sont contraints de quitter leur appartement du XVIe arrondissement de Paris et de partir s’exiler à Londres dans un Bed & Breakfast où ils resteront deux ans :

« Quand mon père ne gagnait pas assez de sous, ma mère travaillait en cuisine. »

Ce déménagement forcé et ces nouvelles conditions de vie ne sont pas sans conséquences sur Mika, jeune enfant hypersensible.

« C’est comme si un bloc était tombé sur moi. J’étais nul à l’école, isolé, et je suis devenu dyslexique… », avait-il déclaré il y a quelques années.

A 11 ans, le futur chanteur savait à peine lire et écrire. Grâce à la musique et aux encouragements d’une professeure de chant russe, Mika prendra confi ance en lui… Pour devenir l’un des artistes les plus talentueux et attachants de sa génération… 

 

:uk:

  Reveal hidden contents

 

A terrible family secret

 

In The Voice, the artist shows a smile always bright but yet, impossible for him to forget this trauma ...

His sixth consecutive season in The Voice's red swivel chair started very strong.

 

Coach Mika has already enjoyed the first blind auditions to ensure the show. On February 9, the artist used one of the program's new block rules, preventing Jenifer from recruiting Agathe, one of the brightest candidates. The facetious young man of 35 years then did not hide his satisfaction at having stolen at the last moment young Toulouse to his friend member of the jury. This scene symbolizes the state of mind of the polyglot singer who is determined to smile at life and chew on it. Because he knows better than anyone that she sometimes only has a son ... The pop star is still marked by the terrible accident suffered by her sister Paloma, one year older, in 2010, in London. She had fallen from the window sill of her apartment and violently impaled herself on a wrought-iron gate. Upset, Mika then put his career in parentheses to spend his days at his bedside. After many operations on the legs and abdomen, Paloma, walks again today, with the help of a crutch ... A real miracle ...

Who has welded a little more a family who has made the habit of sticking together. For twenty years earlier, Mika, her mother, and her three sisters Yasmine, Zuleika and Paloma, had to overcome another terrible ordeal: the forced absence of their father, held hostage in the Middle East.

 

His father Michael was in Kuwait when the disaster took place

 

"We lost everything"

 

Family balance shattered

 

Eight months of absolute horror

 

Mika was only 8 years old at the time but remembers perfectly this agonizing time for everyone.

"My father who had a very good job in fi nance is sent by his bank on a business trip to Kuwait," he recalled in Le Monde.

"He was caught in the invasion of Kuwait by Saddam Hussein during the first Gulf War and was held at the US embassy for eight months.

We did not have contact, just a fax from time to time, "he laments.

"The stability that we knew with my sisters then collapsed".

After long months of unbearable waiting, his father ended up being released. But he is no longer the same, physically and psychologically

"He came back bearded, thin, his eyes were different. We did not call him "daddy" but "Mike" I do not know why, "says Mika.

The (involuntary) attitude of his children does not facilitate his return to a normal life. "After the trauma he went through, he had trouble, he was fired. We lost everything. I learned how to manage bailiffs, "says Mika.

"When they ring: say that there are no adults at home, that we can not open because we do not know them".

Mika and her family are forced to leave their apartment in the 16th arrondissement of Paris and leave for exile in London in a Bed & Breakfast where they will stay for two years:

"When my father did not earn enough money, my mother worked in the kitchen. "

This forced move and these new living conditions are not without consequences on Mika, a hypersensitive young child.

"It's like a block has fallen on me. I was bad at school, isolated, and I became dyslexic ... ", he said a few years ago.

At 11, the future singer barely knew how to read and write. Thanks to the music and encouragement of a Russian singing teacher, Mika will trust him ... To become one of the most talented and endearing artists of his generation ...

 

 

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p.1.thumb.jpg.d9e8ed8f54257691e209e7a60f6de3d2.jpg

 

page 18

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p_18.thumb.jpg.5ad5401ef1ea7101624d98b2751ad5c1.jpg

 

 

page 19

Ici_Paris_2019_02_13_No.3841_p_19.thumb.jpg.48491cfbe17473aa3efa1ad1679037ac.jpg

 

 

Actually it's almost copied from "Le Monde"...

Share this post


Link to post
Share on other sites
18 minutes ago, Anna Ko Kolkowska said:

 

Actually it's almost copied from "Le Monde"...

I know, he tells the family story many times...

Edited by Kumazzz
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 minutes ago, Kumazzz said:

I know, he tells the family story many times...

 

Exactly Eriko, I know this story about the war and his father from the beginning  I started to follow him back in 2009. At the end we know more about Mika's life  (his biography) than  the journalists.  :naughty:
 

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
15 minutes ago, Amy hudsone said:

They just need something to write about and to put Mika in the cover

 

Agree :thumb_yello:

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yet I'm always happy and proud to see his cute face in French press :swoon:even if this is a summary of Le Monde interview (except that they mentioned The Voice and Paloma's accident) and we learn nothing new.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Point

https://w.lpnt.fr/2292782t

  • Par Marc Fourny
  • Publié le 12/02/2019 à 15:31 | Le Point.fr

Mika se confie sur son enfance et la prise en otage de son père

 

Le chanteur avait 8 ans quand son père a été retenu en otage pendant 8 mois pendant la guerre du Golfe.
« On a tout perdu... », raconte-t-il dans « Le Monde ».

 

L'enfance de Mika n'a pas été un long fleuve tranquille…
Dans Le Monde, l'artiste est revenu sur un épisode dramatique qui a bouleversé l'équilibre familial dans les années 1990. À l'époque, Mika a 8 ans, sa famille a fui le Liban en guerre il y a plusieurs années pour s'installer à Paris. Son père, d'origine américaine, est banquier, gros bosseur souvent absent. Il se retrouve alors envoyé en voyage d'affaires au Koweït, quand la guerre du Golfe éclate.
« Il s'est trouvé pris dans l'invasion du Koweït par Saddam Hussein, pendant la première guerre du Golfe, et a été retenu à l'ambassade américaine pendant huit mois. »
Une prise d'otages longue et stressante pour toute la famille : l'attente, l'angoisse, la chasse aux infos sur CNN…
« Nous n'avions pas de contact, juste un fax de temps en temps, poursuit Mika. La stabilité qu'on connaissait avec mes sœurs s'est alors écroulée… »

 

Lorsque son père est enfin libéré, rien n'est comme avant. Il est vivant, mais profondément marqué.
« Quand mon père est revenu, barbu, amaigri, ses yeux étaient différents, explique Mika au Monde.

On ne l'a plus appelé “papa” mais “Mike”, je ne sais pas pourquoi. Après le traumatisme qu'il avait vécu, il a eu du mal, il a été licencié. On a tout perdu. »
Commence alors le long ballet des huissiers qui viennent frapper à la porte de l'appartement parisien. Le jeune Mika fait souvent l'interface à travers la porte, avec toujours le même message : les parents sont partis, revenez plus tard…
« J'ai appris à gérer les huissiers : quand ils sonnent, dire qu'il n'y a pas d'adultes à la maison, qu'on ne peut pas ouvrir parce qu'on ne les connaît pas. Mais à la quatrième visite, je les ai vus tout prendre chez nous, moi assis sur le canapé rouge. Je ne pardonnerai jamais à un système qui permet ça. Cette invasion dans ce qui est sacré, la maison. Cette punition injustifiée… »


Ruine et dépression

Son père s'enfonce dans la dépression, l'argent manque, la famille quitte alors la France pour la Grande-Bretagne.
« Un soir, on s'est entassés dans la Toyota Previa et on est partis à Londres », se souvient l'artiste qui reconnaît que le rebond a été possible grâce à la détermination de sa mère.
Mika se referme sur lui-même, sombre dans la mélancolie et va jusqu'à perdre la parole. Dans de multiples interviews, il a raconté comment, à cette époque, il devient la cible de ses camarades, en raison de sa différence et de son mutisme. Harcèlement, insultes, brimades…
« Ils m'appelaient le Libanais, le pédé, expliquait-il récemment dans une interview sur France 4. Pas seulement avec des mots, mais aussi avec des trucs : avec des objets, des canettes, des cailloux, que je recevais dans la tête. J'aimerais bien dire que je n'ai pas de cicatrices de cette période de ma vie, mais ce serait un mensonge… »

 

Mika s'isole encore plus, s'enferme dans sa bulle et cache la situation à ses parents, par « honte », dira-t-il plus tard. Sa scolarité vire au désastre. C'est sa mère, encore une fois, qui trouvera la parade : elle engagera une professeure russe qui lui donne des cours de chant à la maison qui finiront par le débloquer. La musique sera son dérivatif et sa planche de salut. Avec le succès que l'on sait.

 

:uk:

Spoiler

Mika confides his childhood and the kidnapping of his father

 

The singer was 8 when his father was held hostage for 8 months during the Gulf War.
"We lost everything ...", he says in "Le Monde".

 

Mika's childhood was not a long calm river ...
In Le Monde, the artist is back on a dramatic episode that upset the family balance in the 1990s. At the time, Mika was 8 years old, her family fled Lebanon at war several years ago for to settle in Paris. His father, of American origin, is a banker, a hard worker often absent. He finds himself sent on a business trip to Kuwait, when the Gulf War breaks out.
"He was caught in the invasion of Kuwait by Saddam Hussein during the first Gulf War, and was held at the US embassy for eight months. "
A long and stressful hostage-taking for the whole family: the wait, the anguish, the hunt for news on CNN ...
"We did not have contact, just a fax from time to time," says Mika. The stability we knew with my sisters then collapsed ... "

When his father is finally released, nothing is like before. He is alive, but deeply marked.
"When my father came back, bearded, thin, his eyes were different, explains Mika to Le Monds.

We did not call him "daddy" but "Mike", I do not know why. After the trauma he had experienced, he had trouble, he was fired. We lost everything. "
Then begins the long ballet of ushers who knock on the door of the Parisian apartment. The young Mika often makes the interface through the door, always with the same message: the parents are gone, come back later ...
"I learned to manage ushers: when they ring, say that there are no adults at home, that we can not open because we do not know them.

But at the fourth visit, I saw them taking everything home, me sitting on the red sofa. I will never forgive a system that allows that. This invasion in what is sacred, the house. This unjustified punishment ... "


Ruin and depression

His father sinks into depression, money is missing, the family leaves France for Britain.
"One night, we crammed into the Toyota Previa and we went to London," recalls the artist who recognizes that the rebound was possible thanks to the determination of his mother.
Mika is closing in on himself, sinking into melancholy and going so far as to lose his word. In multiple interviews, he recounted how, at that time, he became the target of his comrades, because of his difference and his silence. Harassment, insults, bullying ...
"They called me the Lebanese, the fag," he explained recently in an interview on France 4. Not only with words, but also with tricks: with objects, cans, pebbles, that I received in the head . I would like to say that I have no scars of this period of my life, but it would be a lie ... "

 

Mika isolates himself further, locks herself in her bubble and hides the situation from her parents, by "shame", he will say later. His schooling turns to disaster. It's his mother, once again, who will find the parade: she will hire a Russian teacher who gives her singing lessons at home who will eventually unlock it. Music will be its derivative and its salvation. With the success that we know.

 

 

18112884lpw-18113416-article-jpg_5956208.thumb.jpg.5c226ed7ade2a3ac3e09f3be8a371111.jpg

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

I've translated the interview from "Le Monde" into Polish.

You can read it on my website as well in English or Italian.

 

Links below:

For English

https://translate.google.pl/translate?hl=pl&sl=pl&tl=en&u=https%3A%2F%2Fmikapopolsku.com%2Fcytaty%2F

 

 

For Italian

https://translate.google.pl/translate?hl=pl&sl=pl&tl=it&u=https%3A%2F%2Fmikapopolsku.com%2Fcytaty%2F&sandbox=1

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/mika-the-voice-ce-traumatisme-qui-la-rendu-dyslexique-du-jour-au-lendemain_425840

 

Mika (The Voice ), ce traumatisme qui l’a rendu dyslexique du jour au lendemain
« J’AI ARRÊTÉ DE PARLER, JE VOULAIS DEVENIR INVISIBLE »

 

mika-the-voice-ce-traumatisme-qui-l-a-re

 

 

Au cours d'une interview accordée au journal Le Monde, Mika, qui a repris sa place dans son fauteuil rouge de The Voice, est revenu sur un évènement traumatisant de son enfance qui l'a rendu dyslexique.

 

Avant de devenir le chanteur à succès que l'on connaît avec plus de 10 millions de disques vendus dans le monde et le coach le plus déjanté de The Voice, Mika a vécu une enfance troublée entre Beyrouth, Paris et Londres. Mika, de son vrai nom Michael Holbrook Penniman, est né le 18 août 1983 à Beyrouth au Liban. Mais alors que le pays est en proie à la guerre, la famille décide de partir et de s'installer à Paris. Mika n'a alors qu'un an. Il y vivra une enfance heureuse jusqu'à l'âge dehuit ans.

 

 

Mais en 1990, les choses se gâtent pour la famille lorsque son père envoyé en voyage d'affaires par la banque pour laquelle il travaillait, il « s’est trouvé pris dans l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, pendant la première guerre du Golfe, et a été retenu à l’ambassade américaine pendant huit mois, » comme le raconte Mika au journal Le Monde. Traumatisé par cet évènement, ce dernier ne sera plus jamais le même à son retour. « Il a été licencié. On a tout perdu. J’ai appris à gérer les huissiers. (…) Mais à la quatrième visite, je les ai vus tout prendre chez nous, moi assis sur le canapé rouge. Je ne pardonnerai jamais à un système qui permet ça," a également raconté le chanteur au quotidien.

 

La famille décide alors de déménager à nouveau pour Londres, cette fois-ci. Mais ce changement d'univers va constituer un énorme traumatisme pour Mika. D'autant qu'au lycée français de Londres dont il suit les cours élémentaires, il est victime de harcèlement de la part de l'une de ses professeures.  »J’ai eu des problèmes parce que, d’un coup, je suis devenu dyslexique. J’ai oublié le solfège, et même comment lire et écrire. Parti ! Je parlais anglais avec un accent parisien. J’étais habillé avec mes shorts roses, mes salopettes à pois jaunes, mon nœud pap’ dans le même tissu. A Paris, on me prenait en photo quand j’accompagnais ma mère dans les défilés de mode. Là, j’étais un extraterrestre ! Une prof qui portait toujours un manteau violet et un petit chapeau noir m’a choisi, avec deux autres élèves, comme victimes de sa rage. Elle me faisait grimper sur une chaise et elle m’humiliait, me disant devant tout le monde que j’étais stupide, paresseux, que tout ce que je voulais c’était jouer. (…) Elle écrivait d’atroces poèmes sur nous que les autres élèves devaient réciter," a-t-il témoigné.

 

Devenu dyslexique et harcelé, Mika s'est alors enfermé dans le silence : "J’ai arrêté de parler, je voulais devenir invisible, ne plus être là. A la maison non plus, je ne parlais presque plus, je n’écoutais plus de musique. Mes parents ne comprenaient pas."Jusqu'au jour où sa soeur Paloma entend cette institutrice s'adresser à son frère et le rapporte à leur père. « Mon père est venu, a répété à l’enseignante les propos qu’elle m’avait tenus et elle s’est évanouie. J’ai été renvoyé par le directeur. Je suis rentré en sautillant et en chantant 'La sorcière est morte !' J’avais en tête l’image de la méchante sorcière du Magicien d’Oz qui fond à cause de l’eau. »

 

Crédits photos : SGP / BESTIMAGE

A

 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now